Elles arrivent bientôt à Genève!

2017/09/29 11:00:00

LA SAGA DES GÉANTS

LE CHEVALIER DU TEMPS PERDU

Du 29 septembre au 1er octobre 2017, Genève va vivre au rythme de deux géantes mesurant près de 8 mètres de la compagnie Royal de Luxe: une Grand-mère attachante et une Petite Géante, assistées de leurs fidèles Lilliputiens. La compagnie de théâtre de rue XXL, qui sillonne le monde et attire les foules du monde entier, s’arrêtera au bord du lac Léman avec toute sa poésie et son humanité pour un spectacle unique, gratuit, accessible à toutes et tous. Un véritable souffle poétique va balayer les places et les artères du Grand Genève.

Mais attention, à l’heure où nous sommes, il est impossible de mesurer la contamination poétique de ces déflagrations de cet événement !

La Grand-mère, la Petite Géante et les Lilliputiens

LA GRAND-MÈRE

La Grand-mère Géante apparaît pour la première fois en 2014 lors du spectacle Le Mur de Planck à Nantes. C’est une Grand-mère de 85 ans. Ses origines mi-bretonne, mi-irlandaise lui ont laissé un caractère fort, intrépide, malicieux et cependant plein de tendresse. « Cette Grand-mère parle et elle a un langage étrange, mélange de consonances romanes, anglo-saxonnes, arabes et asiatiques », explique Jean-Luc Courcoult dans une interview exclusive qu’il a donnée à l’occasion du premier spectacle de la Grand-mère Géante. Un comédien est présent à ses côtés pour traduire son langage.

Ses caractéristiques physiques

Son visage est en silicone, ses cheveux et ses sourcils sont faits avec des crins de chevaux. Ses cheveux ramassés en chignon pèsent 12 kilogrammes!

Elle mesure 7,30 mètres et pèse 1’787 kilogrammes.

Il faut 25 Lilliputiens pour lui donner vie. Lorsqu’elle marche, elle peut aller jusqu’à 1,2 kilomètre par heure et dans sa chaise roulante elle peut avancer à une vitesse de 3 kilomètres par heure.

Ses activités, sa personnalité

Son caractère peut être surprenant car parfois elle semble s’emporter sur des détails incompréhensibles. Non pas comme une folie mais par une précision qui semble l’habiter. Elle navigue dans plusieurs réalités vécues: à la fois dans l’hier, dans l’aujourd’hui et dans le demain. Elle fume la pipe. Elle crache de temps en temps. Et même ses pets d’anus accompagnés d’une odeur de vanille soulèvent parfois sa robe. […] Ses pas sont petits. Elle s’aide d’une canne. Son corps balance, désarticulé par son âge. Comme si la volonté seule la faisait avancer. Ses mains veines sont articulées partiellement dû à l’arthrose, mais si elle s’énervait elle serait capable de soulever un éléphant. […] Tout le monde s’occupe d’elle. Elle porte la mémoire intemporelle.

Ses accessoires

Elle porte une longue robe confectionnée avec 120 mètres des matériaux suivants: du tissu imprimé, du coton pour la doublure et du coton pour les bordures.

Elle chausse du 206,5, ce qui veut dire que ses chaussons mesurent 5.5 mètres! Ils sont faits en moquette et en cuir. Parfois elle porte des lunettes qui ont été faites sur mesure par une marque nantaise. Elle a aussi une pipe, une bouteille de whisky, une écharpe et une couverture à carreaux. Elle se déplace avec son immense coffre-fort, à l’intérieur, elle y garde toute sa mémoire.

Pour marcher dans la ville, elle utilise une canne ou une chaise roulante. Cette dernière mesure 6,4 mètres et pèse 5 tonnes, 4 techniciens travaillent dessus pendant le spectacle. Parfois, elle a besoin de dormir dans son lit ou de se reposer dans sa chaise roulante.

Ses voyages

La Grand-mère a été accueillie dans 4 villes: à Nantes (Le Mur de Planck, France 2014), à Liverpool (Mémoires d’août 1914, Angleterre, 2014), à Limerick (La Grand-mère tombée de la galaxie dans un champ du Munster, Irlande, 2014), et à Anvers (De Reuzen, Le Mur de Planck, Belgique, 2015).

© Jean-Luc Courcoult, Auteur / Metteur en scène / Fondateur de la compagnie Royal de Luxe

LA PETITE GÉANTE

Sur sa trottinette qui peut atteindre 4km/h, elle parcourt les villes du monde tout en s’adonnant à ses activités favorites : la couture de voitures sur goudron, la gymnastique ou encore la dégustation de sucreries. Elle peut voyager tantôt en bus, tantôt sur une voiture; faire du bateau sur route, sur fleuve ou sur mer. Elle aime accueillir les enfants sur ses avant-bras pour leur offrir un tour de balançoire, sucer sa sucette, danser dans les airs, prendre sa douche. Elle change volontiers de vêtements au gré de ses envies et de ses voyages (robe verte, robe mexicaine, nuisette, ciré, suroît, écharpe, sandalettes, chaussettes).

Ses caractéristiques

Faite d’acier, de bois de peuplier et de tilleul, haute de 5, 50 mètres et pesant pas moins de 800kg, cette petite fille est manipulée par une vingtaine de Lilliputiens.

Ses voyages

En 2007, elle aide à capturer un Rhinocéros au Chili à l’occasion du spectacle La Petite Géante et le Rhinocéros caché, puis elle partira à la rencontre du peuple islandais avec Le Geyser de Reykjavík.

Deux ans plus tard, elle revient dans La Géante du Titanic et le Scaphandrier à Nantes dans le cadre d’Estuaire 2009. Cette création est adaptée à Berlin à l’occasion du 20ème anniversaire de la chute du Mur (Le Rendez-vous de Berlin), pour le Bicentenaire de l’indépendance du Chili en 2010 (L’Invitation), et également à Anvers avec Le Scaphandrier, sa main et la Petite Géante. Toujours en 2010 elle réapparaît dans Le Géant de Guadalajara au Mexique, spectacle dans lequel elle troque sa fameuse robe verte contre une blouse aux couleurs mexicaines et fait la rencontre du Xolo.

Royal de Luxe présente ensuite ce nouveau personnage aux côtés de la Petite Géante à Nantes en 2011 (El Xolo).

En 2012, L’Odyssée de la mer issue de la saga des Géants et présentée à Liverpool réunit à nouveau la Petite Géante et le Scaphandrier à l’occasion du centième anniversaire du naufrage du Titanic. En 2014, La Petite Géante revient à Liverpool avec à ses côtés la Grand-mère Géante et le Xolo. Le spectacle Mémoires d’août 1914 connaît un énorme succès auprès des habitants de Liverpool. Enfin en 2015, accompagnée de son oncle le Scaphandrier, la Petite Géante pose pour la première fois le pied en terre australienne avec une nouvelle création L’incroyable et phénoménal voyage des Géants dans les rues de Perth.

Voilà bientôt 10 ans que les populations qui ont accueilli Royal de Luxe sont tombées sous le charme de cette Petite Géante bienveillante et enjouée. Des courriers provenant des quatre coins du monde lui sont régulièrement adressés. Ceux-ci témoignent de la tendresse, de l’amitié et même de l’admiration que lui portent les spectateurs.

LES LILLIPUTIENS

Avec les géants viennent les Lilliputiens. Leur nom fait évidemment référence aux personnages issus du roman Les Voyages de Gulliver de Jonathan Swift, ces petits hommes qui habitent l’île de Lilliput et mesurent six pouces de haut. Parfois espiègles et malicieux, souvent joyeux et toujours fidèles, les Lilliputiens de Royal de Luxe servent le Géant à la manière des laquais qui étaient jadis au service du Roi. Des laquais du XVIIIème siècle ils ont d’ailleurs hérité leur tenue d’apparat en velours rouge.

Pour le premier spectacle de Royal de Luxe, on pouvait distinguer les Lilliputiens de la classe supérieure qui portaient un costume de couleur rose foncée des autres qui arboraient un habit rouge. Par la suite, ils deviennent de plus en plus nombreux et les classes disparaissent : désormais, tous portent un costume en velours rouge dont la coupe est basée sur le patron simplifié de costumes de théâtre.

Ces costumes sont de véritables témoins de l’histoire de Royal de Luxe. Créés il y a plus de 20 ans, ils sont toujours utilisés et à chaque spectacle : on recoud les boutons, on effectue des retouches.

Les Lilliputiens sont devenus l’une des signatures directement identifiables de la Saga des Géants de Royal de Luxe. Les rapports d’échelle de grandeur nous amène à nous interroger : À travers les Lilliputiens on aborde les thèmes de la différence, des voyages, de l’altérité, du fabuleux, du respect des modes de vie. Précisément, Royal de Luxe sillonne le monde et créé des parallèles entre l’histoire, la réalité et l’imaginaire, la fiction.

ROYAL DE LUXE

www.royal-de-luxe.com

Compagnie d’inventeurs, cascadeurs, ferrailleurs et poètes tout à la fois, menée par Jean-Luc Courcoult, Royal de Luxe est aujourd’hui considérée – à l’égale du Théâtre du Soleil pour le théâtre de salle – comme l’une des compagnies françaises les plus emblématiques, voir mythiques du théâtre de rue. (…)

Lire La suite

À sa naissance, en 1979 à Toulouse, le terme « théâtre de rue » est accolé à son nom. L’air du temps était alors à la recherche de nouvelles formes et d’un nouveau public. Les salles de théâtre n’avaient plus le seul apanage des représentations, mais aussi les entrepôts désaffectés, les hangars; et la rue, dont on redécouvrait les vertus. En la matière, Royal de Luxe fut pionnier, et avec lui son cocktail de réalisme imaginaire, d’énergie, de bricolage à vue et d’humour qui explosa définitivement avec un légendaire Roman Photo, jeu amusé et endiablé avec les clichés eau de rose du genre.

Près de trente ans plus tard, ce label « théâtre de rue » désigne un nombre incalculable de troupes, de festivals, il est trop étroit pour cette singulière compagnie. Le terme (s’il en faut vraiment un) de « théâtre de plein air » lui conviendrait mieux.

Au fil de sa longue histoire, Royal de Luxe a investi des gares, des vitrines, des places de village, une rue, un arbre, une rivière, un cargo, des villes entières, et construit ses propres gradins pour certains de ses spectacles. Il lui faut le ciel et le théâtre, alliés en une joyeuse hybridation avec la sculpture, la magie, la musique, la parade, le cinéma, le happening, la prouesse technique. « Chaque fois – conseillait Emile Zola aux artistes – qu’on voudra vous enfermer dans un code en déclarant : ceci est du théâtre, ceci n’est pas du théâtre, répondez carrément: Le théâtre n’existe pas. Il y a des théâtres et je cherche le mien. » Royal de Luxe a inventé le sien, sans cesser d’expérimenter. Cette compagnie est capable de créer l’effet surprise avec des embouteillages – le temps de la découverte par le passant, ou presque – d’ouvrir les pages gigantesques et en relief de La Véritable histoire de France – environ deux heures de doux délire notamment au Festival d’Avignon – et de raconter une histoire à une ville, sur plusieurs jours, avec des Géants d’une humanité inimitable. Elle sort du cadre, quel que soit le point de vue d’où on l’observe.

Sa force est tirée de l’imagination de son capitaine, metteur en scène et fondateur, Jean-Luc Courcoult, et de toutes les compétences rassemblées à ses côtés, car l’esprit de la troupe est toujours celui des origines: acteurs, techniciens, constructeurs, manipulateurs de marionnettes, musiciens, sculpteurs, inventeurs et bricoleurs de tout poil, chacun propose, met la main à la pâte, et dans le cambouis s’il le faut. C’est devenu rare.

Sa foi, son enthousiasme est nourri des rencontres, merveilleuses, avec son public, un vrai public populaire, et en cela Royal de Luxe est fidèle à l’utopie d’un Jean Vilar déclinée sur les ailes plus anarchistes de mai 1968. Ses spectacles sont gratuits, du moins pour les spectateurs, tout comme le sont les musées certains jours, et selon le même principe: favoriser l’accès de l’art à tous. Ses superproductions sont coûteuses?

Mais alors que dire de telle ou telle émission – nous ne citerons pas de nom – sur des chaines dites de « service public »…

À son public, Royal de Luxe offre la joie de la création en direct, du partage, de l’humour, de la prouesse, de l’émerveillement, et de grandes histoires simples longuement mûries, qu’on lira en ouvrant ce livre. Et puis, avec le recul, on réalise que là où tant de compagnies françaises sont si longtemps restées d’un blanc uniforme, hormis celle de Peter Brook ou d’Ariane Mnouchkine, Royal de Luxe est toujours multicolore. On réalise que sans grands discours ni componction, Royal de Luxe est entré dans l’histoire, c’est l’âge qui veut ça, certes, mais surtout son inlassable esprit d’enfance et son exigence.

Cette compagnie bourlingueuse est ancrée à Nantes, ville maritime large ouverte aux artistes, où Royal de Luxe ne vit pas replié sur une île, mais se confronte à une véritable effervescence culturelle. Une ville où ses Géants sont de la famille. Chacun de leur retour est attendu, et des générations entières se racontent leurs aventures extraordinaires. Cela s’appelle tisser des liens. Et des rêves.

Par Odile Quirot, extrait du livre Royal de Luxe 2001 – 2011, publié par Actes Sud

Les Géantes sont pleines de surprises. Leurs parcours seront dévoilés le 15 septembre 2017.

Les Géantes sont pleines de surprises. Leurs parcours seront dévoilés le 15 septembre 2017.

Les Géantes sont pleines de surprises. Leurs parcours seront dévoilés le 15 septembre 2017.

NEWS

INFOS PRATIQUES

Transport

TRANSPORT & MOBILITÉ

Liste des transports

Seloger

SE LOGER

Liste d’hôtels de la région

Serestaurer

SE RESTAURER

Liste de restaurants

“la poésie, la beauté,
l’amour, l’aventure,
c’est en fait pour cela qu’on vit.”

PARTICIPER À LA SAGA

Participez à la Saga au plus près des Géants!

Voulez-vous faire partie des bénévoles et vivre cette géante aventure de l’intérieur? Inscrivez-vous ici

SOUTENIR L'ÉVÉNEMENT

Le spectacle est entièrement gratuit et ouvert à tous. Cependant, nous avons encore besoin de vous pour offrir cet événement hors norme et sans précédent. Participez au projet grâce aux contreparties de notre crowdfounding!

GALERIE PHOTOS

PARTENAIRES

UNE INITIATIVE DE

PARTENAIRES PRINCIPAUX

AVEC LE SOUTIEN DE

Rotary Club Genève Sud

REMERCIEMENTS

Cette manifestation bénéficie également du soutien de JTI, d’une fondation privée genevoise, de Mme Vera Michalski-Hoffmann, ainsi que les Villes de Vernier, de Lancy et de Meyrin.

Nous remercions tout particulièrement l’AMG, association des marchés de détail de Genève, les MCGe, marchés contemporains genevois, l’AMPG, association du marché aux puces de Genève, l’APBG, association professionnelle des brocanteurs genevois et l’Association des artisans créateurs de la Fusterie.

DONATEURS

M. Félicien Fleury
Mme. Sandrine Motamed
Mme. Corinne Meiet
Mme Emmanuelle et M. Antoine Maillard
Mrs De Planta et Portier
Mme. Valérie Ferguson-Medina
M. Bruno De Preux
Maître Costin Van Berchem
M. Paul Béguin – Groupe COFIGEST www.cofigest.ch
M. Christophe Fischer
M. Benjamin Favreau, Avesco Rent SA
Mme. Anne-Marie Pictet-Turrettini

Thierry Bouscayrol

Responsable Bénévoles

L'ÉQUIPE

Initiateurs

Jean Liermier

Directeur du Théâtre de Carouge – Atelier de Genève

Sami Kanaan

Conseiller administratif en charge du Département de la culture et du sport de la Ville de Genève

Association pour la Venue des Géants à Genève

François Passard

Président

Steeves Emmenegger

Vice-président

David Junod

Trésorier

Félicien Fleury

Membre

Anne-Catherine Sutermeister

Membre

Équipe du projet

Gwénaëlle Lelièvre

Cheffe de projet

Virginie Todeschini

Cheffe de projet - Référente Ville de Genève

Claude Pahud

Chef de projet - Référent Ville de Carouge

André Castella

Chef de projet - Référent République et Canton de Genève

David Junod

Administration – Finance

Nalini Menamkat

Assistante administrative

Gérard Widmer

Responsable Mobilité

Stéphane Gattoni / Zinzoline

Responsable Technique

Katia Akselrod

Responsable Accueil

Gaëlle Amoudruz

Responsable Communication & Promotion

Félicien Mazzola

Communication & Promotion - Référent Ville de Genève

Elisabeth Demidoff-Avelot

Responsable Presse

Louise Kasser Genecand

Community manager / Pleez GVA

Miguel Limpo

Community manager / Pleez GVA

Félicien Fleury

Système d'information - NGSENS

Fresh Design

Création graphique - Web design

www.fresh-design.net

Thierry Bouscayrol

Coordination bénévoles

Anaïs Deville

Assistante coordination bénévoles
image
https://lesgeants-geneve.ch/wp-content/themes/imperio/
https://lesgeants-geneve.ch/
#E20613
style1
paged
Loading posts...
/home/clients/6b716dde27070ca51204f45c9439065e/web/
#
on
none
loading
#
Sort Gallery
on
yes
yes
off
Enter your email here
off
on
fr